Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 14:42

Elle est bien jolie, la petite mamette.

C’est qu’elle s’est faite belle, pour la fête !

Laquelle, elle ne sait pas trop. Elle n’a plus toute sa tête, la mamette…

Son anniversaire, peut-être ?

Oui, ça doit être ça. Son anniversaire.

Au fond, peu importe laquelle : c’est la fête !

Elle a mis son tailleur myosotis, la mamette. Celui des grandes occasions, avec l’écharpe assortie, pour cacher son cou flétri.

« Ce n’est pas convenable, dit-elle, un rien précieuse, de montrer ses oripeaux. » Un rien coquette, aussi.

Un peu de rose sur ses lèvres, une touche de couleur sur ses pommettes...

Elle a ramené en arrière la mèche rebelle qui toujours l’envahit…

Elle est contente, la mamette : sa fille et son gendre viennent la chercher pour l’emmener dans leur maison, sur la colline, pour sa fête.

Il y aura du gâteau ! Elle en pétille d’aise. Elle en reprendra. Deux fois. Et du champagne, aussi. « Une coupe, pas plus. Je ne veux pas être pompette ! » Elle le sera, un peu.

Elle poussera même la chansonnette, d’une voix fluette, un rien surannée. Une vieille mélodie, très désuète, du temps de ses vingt ans ; du temps où elle était amoureuse de son amant de Saint Jean…

Et puis, comme chaque fois, elle dira, très solennelle : « Je vous remercie, mes enfants, je suis très heureuse d’avoir fêté avec vous ce qui sera mon dernier anniversaire. Ne protestez pas, je vais bientôt partir. Je le sens. 86 ans ! Ce n’est pas raisonnable ! » Comme chaque fois on se récriera : « Mais voyons, tu es éternelle ! Tu nous enterreras tous ! » Et souriante, elle qui sait, elle fera semblant de le croire.

Et puis elle s’en retournera, tête et cœur chaviré, mi tanguant mi valsant, sa canne peinant à la suivre. Elle s’endormira, le cœur en fête, rêve en tête, avec son amant de Saint Jean.

Avait-elle le rêve en tête quand, à l’hôpital, elle s’est endormie, et ne se réveilla point ? Une erreur. Une faute. C’est bête. Elle était éternelle…

Le ciel sur la colline est d’un bleu myosotis. La tramontane joue dans les genêts une vieille mélodie, très désuète.

Un froissement d’âme…

La belle endormie valse avec le vent.

Elle est éternelle.

Published by Ecriture Créative - dans Textes des auteurs
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 14:30

Ils sont installés dans le petit salon avec un couple d’amis, trempés comme des naufragés. Un orage les a surpris pendant la promenade et ils se réchauffent aux saveurs d’un thé, d’un café et de scones. Paul a mis l’ambiance en colportant les dernières histoires comiques de son cabinet de médecine. Avec lui, il semble bien établi que son métier est le plus drôle au monde.

Pourtant, la seule idée qui continue de tarauder Marie, la seule chose qu’elle ne comprend pas et qu’elle tourne et retourne dans sa tête, c’est comment des preuves aussi évidentes que les cicatrices que Muanza porte à la tête et son iris gauche amoché par les coups, n’ont pas suffi à lui offrir le sésame qui s’appelle permis de séjour.

- Mon fils veut savoir s’il y a des éléphants dans ton pays, traduit Liesbeth en s’adressant à Muanza.

- Oui, bien sûr ! Dans les parcs nationaux…

- Tu en as vu en vrai ?

Muanza rit et Pierre profite de cette hilarité pour lui tirer le portrait – il aime bien prendre des photos « sur le vif ».

- En vrai ? ceux que j’ai vus en vrai portaient des maillots jaune et vert…

- … ?

- Muanza a joué dans l’équipe nationale de foot, explique Marie pendant que Muanza se tord de rire. Leurs adversaires de la Côte d’Ivoire s’appellent « les Eléphants »…

Published by Ecriture Créative - dans Textes des auteurs