Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 15:44

Elle contemplait ses mains sans vraiment les reconnaître.

Autrefois si belles, elles avaient été son orgueil, aujourd'hui si flétries, si ratatinées, elles lui faisaient horreur !

Elle plongea son regard au creux de ses mains et sa vie défila comme dans un miroir. Ses mains lui renvoyèrent le vide,  le superficiel de son existence paresseuse et égoïste.

Au fil des souvenirs, elle se revit si envieuse du bonheur des autres mais exigeant  toujours de recevoir sans rien donner, trop avare d'elle-même !

Elle regretta ses mains qui avec gourmandise s'étaient souvent fourvoyées dans la luxure distribuant du plaisir mais jamais d'amour.

Elle se reprocha surtout ses mains trop souvent en colère contre sa petite  fille qui réclamait à corps et à cris cette mère qu'elle ne voulait  pas être et son ressentiment quand Marie, adulte  l'avait  finalement délaissée !

 

Depuis son réveil, elle n'avait cessé de penser à sa fille, elle avait tant à lui dire !

Elle se sentit soudain si seule, si lasse, si abandonnée, si honteuse.

 

Marie ne comprenait pas ce qui l'avait poussé, aujourd'hui, après tant d'année à l'ignorer, à  rendre visite à sa mère, c'était comme un appel.

Avant d'entrer dans la maison de retraite, elle avait éprouvé le besoin  d'une longue promenade dans le parc attenant au bâtiment. Là encore,  une force mystérieuse l'avait  conduit  à travers les allées pour puiser dans la magie de l'automne,  la force d'affronter  le regard  de sa mère. Elle avait  foulé le parterre de feuilles mortes et senti craquer sous ses pieds des noix . Le vent chuchotait, quelques feuilles vertes ondulaient dans les arbres alors que d'autres, déjà jaunies, valsaient dans les airs. Ici, dans l'herbe, un tapis roux et  brun exhalait des parfums d'humus, là des effluves de jasmin, portées par le vent, lui chatouillèrent  les narines.  Plus loin, sous les grands hêtres, des champignons sortaient de terre, elle respira  à plein poumons cette odeur de terre mouillée, de mousse. Le soleil illuminait  la palette des tons d'automne. Le rouge des érables,  l'or des bouleaux, l'oranger des sumacs, le brun des châtaignes l'apaisèrent. Cette autre dimension perçue depuis le matin ne la quittait pas , le vent  lui murmura  « il est  temps Marie » , elle laissa alors s'envoler des années de souffrance, de rancœur, cette rancune si tenace qui empoisonnait son existence et la retenait  prisonnière, cette rancune qui étouffait  aussi sa mère ! Oui !  Il était temps de pardonner et de sourire enfin à la vie !

 

Dans l'entrebâillement de la porte Marie observait sa mère 

Celle-ci ne l'avait ni entendu,  ni vu, elle fixait ses mains, des mains qui avaient  immédiatement aimantée le regard de Marie. Avec effroi, puis soulagement  et enfin espoir  elle avait partagé les visons de sa mère dans une communication surnaturelle, sans masques, sans retenues !

 

Marie était prête, elle attendait de croiser le regard de sa mère. Par la magie de son sourire  et de ses larmes, elle voulait lui offrir son pardon pour qu'enfin,  naisse et se dise entre elles, l'amour.

 

La vielle femme  releva la tête. D'un geste rageur, un rictus aux lèvres,  elle balaya de la main  ses  regrets,  ses remords. Alors, le ciel s'obscurcit, le vent  hurla  à travers les persiennes. Elle tourna  la tête.

 

Elle ne  regardait plus ses mains, elle ne voyait plus rien !

 

Published by Ecriture Créative - dans Textes des auteurs
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 15:43

Les hirondelles sont parties, suivies très vite des cigognes vers des contrées plus clémentes.

Le brin d’herbe a froid, la rosée blanchit les prés et les toits brillent d’une fine pellicule de givre.

Bientôt nous plongerons dans les frileuses ténèbres. Nous regretterons les jours de clarté de cet été

trop court durant lesquels nous flânions jusqu’au soir attendant que  les étoiles  scintillent chaque fois

qu’un enfant s’endormait. Nous glissons sur le sol recouvert de mousse, nos pas crissent

dans les feuilles sèches. Les ramassera-t-on à la pelle comme Prévert nous le susurre si joliment…

Le  parfum envoûtant nous attire inexorablement, envie d’en cueillir. Je ne connais pas les coins

 mais ceux de la pelouse tendent leur chapeaux… Comestibles ?

Dans les bois, les coups de fusil chasseurs sont autant de chocs qui semblent

clouer le cercueil de l’été.  Les cerfs s’enfuient et se réfugient dans les coins secrets :

leur brame  infatigable attirent les biches amoureuses et les chevreuils sortent du couvert

pour  s’approcher des champs.

Ce matin, courageusement j’ai attrapé mes outils et un coup de bêche par ci pour arracher

les dahlias ; un coup de bêche par là pour déplacer, remplacer quelques vivaces qui

hiberneront à l’abri d’un paillis installé soigneusement. J’ai vérifié les petits abris pour les

mésanges et fais un nœud à mon mouchoir pour penser à leur préparer quelques

boulettes de graines. Mon voisin en riant me raconte une blague que les indiens aiment à raconter :

Si l’homme blanc coupe et rentre du bois dans sa maison  c’est que l’hiver sera rude !

Et voilà,

Colchiques dans les prés fleurissent fleurissent

Colchiques dans les prés, c’est la fin de l’été.

Published by Ecriture Créative - dans Textes des auteurs